Association musicale à BOIS-COLOMBES (92)

A proximité d'Asnières/Seine, Colombes, La Garenne-Colombes, Courbevoie

Cours d'Eveil musical et d'Education musicale (Solfège vivant) pour les enfants

Cours de formation musicale pour les adolescents et adultes

Ateliers pédagogiques en milieu scolaire pour les écoles primaires 

Cours d'instruments (chant, clarinette, flûte à bec, flûte traversière, guitare, harpe, piano, saxophone, trompette, violon, violoncelle)

  • Facebook Social Icon

LA PEDAGOGIE WILLEMS

Edgar WILLEMS est né en Belgique en 1890 et mort en Suisse en 1978.

Après des études d'instituteur, il s'inscrit à l'école des Beaux-Arts de Bruxelles.

Musicien autodidacte, il va cependant approfondir ses connaissances dans les domaines du

solfège, de l'harmonie et de la rythmique en travaillant auprès de musiciens et pédagogues

renommés.

Il se trouve progressivement en désaccord avec l'enseignement musical intellectualisé, ce qui

l'amène peu à peu à concevoir une pédagogie active destinée aux jeunes enfants.

Cette pédagogie part des principes de vie qui relient la musique et l'être humain.

La musique, c'est la vie

Les musiques traditionnelles et ethnologiques, non savantes, faites sans l'aide du solfège le prouvent bien.

Elles naissent spontanément, souvent accompagnées de mouvements de danses, pour les fêtes (mariages, fêtes religieuses, changements de saison...) ou pour rythmer les gestes du travail (chants pour hisser la voile ou un fardeau, de labour, de chasse, d'appel, pour tisser, pour repiquer le riz...)

La musique est donc mouvement. Elle exprime aussi un sentiment. C'est pour elle que les peuples crient leur joie et leur douleur (chants d'amour, religieux, de fête, de caractère magique ou divin). Elle fait donc appel à des éléments physiques et psychologiques, et n'est pas un exercice intellectuel comme on le considère souvent dans l'enseignement.

Extraits de "Selon Edgar Willems" Alain BOUDET 1973

Une des conditions essentielles de cette pédagogie est de respecter un ordre de développement pareil à celui de l'acquisition du langage maternel.

Comme la langue maternelle

Ce n'est donc pas le solfège que l'éducateur cherchera à enseigner d'abord : la musique s'acquiert comme la langue maternelle. On chante sans avoir conscience des sons ni des rythmes. Peu à peu , on distingue les divers éléments. Enfin, on cherche à les écrire.

Ainsi le solfège apparaît en dernier Il est la transcription de quelque chose de vivant. A la lecture, il faut retrouver derrière les notes la vie, et non pas déchiffrer de manière mécanique.

Débuter par le solfège est un non-sens : processus mental et abstrait, il est vide de signification s'il n'est pas précédé de la pratique.

Extraits de "Selon Edgar Willems" Alain BOUDET 1973

 

 

 

La pédagogie Willems adopte donc le schéma suivant :

1. VIVRE LES PHENOMENES MUSICAUX

2. LES RESSENTIR

3. EN PRENDRE CONSCIENCE

Les buts poursuivis sont les suivants :

  • Faire aimer la musique aux enfants et les préparer dans la joie à la pratique musicale, vocale et instrumentale.

  • Favoriser l'épanouissement de chacun en développant ses propres aptitudes : audition, instinct, rythmique, sensorialité, émotivité, intelligence, créativité...

  • Etablir les bases de l'art musical en développant l'oreille musicale et le sens rythmique avant tout apprentissage du solfège ou d'un instrument.

  • Permettre à tous d'accéder à une formation musicale, quels que soient leurs dons initiaux et leur âge, en s'appuyant sur des moyens pédagogiques vivants et variés. Toutes les facultés sont ainsi sollicitées, partagées et harmonisées.